Donna Vickxy

Victorine Nlomngan, alias Donna Vickxy, membre active d’Universlam, s’investit dans l’écriture dès son plus jeune âge.
Mère engagée et fervente militante du verbe, elle remporte, en 2008, la finale du Grand Slam de Paname.

 

l’ouvrage RIEN DE PARTICULIER de Donna Vickxy est vendu au prix unitaire de 10e

Victorine Nlomngan
alias DONNA VICKXY
Victorine Nlomngan est née à Paris en 1977 de parents camerounais. Dès son plus jeune âge, Donna Vickxy est attirée par la musique et l’écriture. Ses parents l’inscrivent au conservatoire à 6 ans et elle écrit ses premières chansons dès l’âge de 10 ans. Au début des années 90, elle est aspirée par la ”déferlante” hip-hop qui s’abat sur l’hexagone. À cette époque, elle écrit beaucoup pour des artistes RNB.
Au fil des années, l’écriture de DNV devint prolixe. Elle écrit sur les évènements heureux et douloureux de sa vie, sur sa vision de la société. L’écriture est, pour elle, un véritable exutoire. Pendant des années, DNV se contente du fait de n’être qu’un auteur ou de voir ses textes couchés sur le papier. Mais, en 2008, alors qu’elle perd totalement sa voix pendant plus de 6 mois à la suite d’une opération, faire partager ses textes par elle-même devient une évidence.
Elle se fait donc la promesse de partager ses textes par le biais du Slam si elle retrouve l’usage de ses cordes vocales. Après plusieurs mois de rééducation, elle retrouve peu à peu l’usage
de sa voix et elle décide de se lancer coeur et âme dans le Slam. Cette combativité et cette détermination la conduisent à gagner, dès ses premières scènes ouvertes, le Grand Slam de Paname en Novembre 2008.
Elle participe depuis à de nombreux tournois en France mais aussi à l’étranger, comme le Tournoi International de Slam à Osaka, au Japon. Passionnée par le Slam, elle partage sa passion à travers des ateliers d’écriture qu’elle donne dans les écoles, les collèges, les maisons
de quartiers ou les maisons de retraites. Dans ses textes, très intimes, Donna Vickxy parle d’elle, de sa condition de femme, du bonheur d’être mère, de la maladie de son fils, de sa personnalité multi-culturelle, de ses relations amoureuses, dans un style qui lui est propre, fait de tout ce qui a forgé la slammeuse qu’elle est aujourd’hui. Extrait de l’article ”Victoire Grand Slam 2008” (spectacle aux Trois Baudets)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *