Grégoire – Des filles,le vent,un sac de couchage et des valises


Extrait de – Ma ville La nuit

Il fait nuit
Il fait nuit
Y’a un cri, un oiseau, une claque
Y’a un bruit, étouffé comme une vague
Y’a un feu, tout là-bas, sur le toît.

Dans la neige, y’a une mouette,
Y’a des fruits, dans le boui-boui,
Des Africains qui tapent, des
Enfants qui jouent.

Il fait nuit, Il fait bruit,
Des voitures passent, c’est le calme,
C’est l’ennui, c’est
L’endormissement, et le
Rêve, y’a une trêve, un
Moment suspendu.

Y’a un agent, un pâtissier,
Y’a des chiens, des gredins,
Jongleurs, artistes, écrivains,
Y’a des taxis et la plume
D’un pigeon qui s’envole.

Y’a Noémie et Sébastien
Qui font l’amour,
L’éternité c’est rien qu’à eux,
Y’a Adrien, qui surfe de
L’autre côté de la terre,
Et au Brésil, ils parlent
De Voyages, y’a des cubains
Qui fument un havane,
Y’a Elisa qui écoute la
Chanson de Gainsbourg,
Y’a Ilona qui revient de
Hongrie, il y a des chats
Qui rodent la nuit.

Il y a Michel qui pense
À sa mère, un avion
Passe dans le ciel, le
Ciel est dégagé, il pleut un
Peu, il est la nuit,
Voici quelques couleurs
De ma ville la nuit.

 

http://gregoire-pellequer.blogspot.fr

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *